L’Arôme du Fromage Gorgonzola Dop, Agréable ou Désagréable

odore-gorgonzola

Un processus biochimique complexe et délicat

Les fromages persillés, tels que le Gorgonzola, sont obtenus en utilisant des souches de moisissures sélectionnées qui se développent dans la pâte du fromage en lui donnant un persillage vert-bleuâtre caractéristique ; comme conséquence de leur métabolisme, les moisissures permettent le développement de composés aromatiques qui définissent le goût et le parfum ou « l’arôme noble » du fromage.

Le Gorgonzola est un fromage persillé à pâte molle obtenu à partir de lait de vache entier pasteurisé, auquel on ajoute des ferments lactiques et des moisissures sélectionnées de l’espèce Penicillium roqueforti.

La technologie de production, conformément au Cahier des Charges de Production, prévoit un traitement de pasteurisation du lait et l’utilisation d’un levain lactique naturel composé de bactéries lactiques thermophiles.

Le persillage, est obtenu en ajoutant au lait des cultures sélectionnées de spores de Penicillium roqueforti. Durant l’affinage, les meules sont piquées, en phases successives, pour favoriser l’aération de la pâte qui est nécessaire pour le développement du mycélium de Penicillium roqueforti.

Le Fromage Gorgonzola est caractérisé par le développement des moisissures dans sa pâte. La maturation du Gorgonzola est le résultat de différents processus biochimiques qui, savamment pilotés par la technologie de production et d’affinage, provoquent la modification des constituants du caillé et la production de nouveaux composés caractéristiques.

Les phénomènes biochimiques qui interviennent durant la maturation du Gorgonzola sont assez complexes. Notamment, dans le fromage Gorgonzola une flore microbienne variée et hétérogène contribue à la maturation et au développement de l’arôme caractéristique. L’activité enzymatique de la microflore provoque des transformations chimiques complexes au niveau des différents composants du caillé.

Si la microflore lactique de l’ensemencement sélectionné a pour but fondamental de produire l’acidité nécessaire à la bonne progression de la caséification, l’acteur principal de la maturation du Gorgonzola est le Penicillium roqueforti.

L’acidité, qui est élevée au début de la maturation, est graduellement neutralisée par le développement des moisissures.

Les protéines du caillé sont en bonne partie hydrolysées, ce qui favorise la formation de quantités élevées de formes azotées à poids moléculaire inférieur. En particulier, les aminoacides libres augmentent constamment. De leur démolition partielle due aux processus de désamination et de décarboxylation, naissent de nouveaux composés.

L’augmentation des fractions azotées mineures solubles est liée à la formation de l’arôme caractéristique du Gorgonzola : en effet, c’est durant la seconde phase de la maturation, à savoir après environ 40-45 jours que commence à se former le goût du fromage.

Les lipides, hydrolysés principalement par effet des lipases de Penicillium roqueforti, dégagent des acides gras en quantités différentes qui, à leur tour, servent de substrat pour d’autres transformations enzymatiques en dégageant des composés volatiles tels que les cétones méthylées (heptanone et nonanone).

Par rapport aux autres fromages, la protéolyse et la lipolyse du Gorgonzola sont particulièrement intenses. Ces phénomènes sont fondamentaux pour la définition du profil aromatique typique de ce fromage. Par conséquent, pour ce qui concerne l’arôme corsée du fromage, on peut conclure en affirmant que le processus de maturation du Fromage Gorgonzola entraîne le développement de composés aromatiques caractéristiques importants qui sont à l’origine du goût et du parfum du fromage.

  • Partager sur