esportazione

Exportation

A l’époque des « années d’or » (les années Trente du siècle dernier) la production du gorgonzola a atteint son niveau record, en 1938, avec 270 000 quintaux (quantité énorme pour l’époque). Cela représentait 13,5% de toute la production fromagère nationale, qui s’élevait en moyenne à environ 2 millions de quintaux.

Toujours à cette époque, plus de 60% de la production, c’est-à-dire 162 000 quintaux, étaient exportés à l’étranger.

Le gorgonzola s’affirmait de plus en plus sur les tables anglaises et françaises et dans le restaurant de la Chambre des Communes à Londres, selon les quotidiens de l’époque, on le consommait bien plus que tout autre fromage.

Les italiens, bien moins nombreux qu’aujourd’hui, en consommaient 370 grammes par personne. Les fromagers producteurs étaient nombreux (environ 500), notamment les structures familiales.

Aujourd’hui, le gorgonzola est produit par environ 40 fromagers, les meilleurs producteurs (grande industrie nationale et petite entreprise familiale). Cet écrémage a eu lieu au fil du temps à travers une action sélective.

Les fromagers modernes transforment le lait conformément aux normes en matière d’hygiène et sanitaires, dans des laboratoires équipés et avec le soin et l’expérience nécessaires à un fromage qui exige une intervention et un contrôle manuel poussé.

Plus de 1000 entreprises agricoles répandues sur le territoire du consortium fournissent le lait destiné à la production. La production totale annuelle est d’environ 4 millions de fromages, pour un total de 480 000 quintaux; le chiffre d’affaires à la consommation est de plus de 350 millions d’euros.

Environ 31% de la production (160 000 quintaux) est destinée à l’exportation. Les principaux pays consommateurs sont l’Allemagne et la France, qui absorbent plus de 50% de l’ensemble des exportations, suivis par la Suisse, le Royaume Uni, les Pays Bas, les pays scandinaves et l’Autriche pour l’Europe, puis les Etats-Unis et le Canada. L’Extrême Orient se montre aussi intéressé, notamment le Japon où les fromages italiens sont particulièrement appréciés. En ce qui concerne le Gorgonzola, en 2005 le Japon a importé plus de 2 300 quintaux alors que jusqu’aux années quatre-vingt-dix les importations s’élevaient à quelques dizaines de quintaux.

Le bénéfice est d’environ 66 millions d’euros, équivalant à 9% en quantité et en valeur des exportations de produits laitiers italiens. Le gorgonzola a cependant le mérite de se situer aux premières place des exportations nationales de fromages produits avec du lait de vache.

  • Partager sur